Le contexte

Les statistiques de l’enseignement au Burkina Faso montrent une déscolarisation très importante dès le primaire des enfants issus des familles touchées par la pauvreté. Les causes de cette déscolarisation sont multiples : manque de structures d’accueil et d’enseignants dans les villages, surcharge des classes quand elles existent, travail des enfants pour aider leurs parents dans leur quête du pain quotidien... Par ailleurs, l'expérience montre que les chances de réussite en primaire sont nettement meilleures si les enfants bénéficient d'un encadrement préscolaire.

Objectifs du projet

  • Stimuler l'éveil précoce des enfants et les initier au français dès leur plus jeune âge. Le français n'étant pas leur langue maternelle, cet apprentissage précoce constituerait un moyen de prévention de l'échec scolaire en primaire;
  • Accompagner l'activité de distribution de microcrédits menée par l’association Adéga. Déchargées de la garde de leurs enfants en bas âge, les femmes bénéficiaires de cette aide pourront s’investir plus efficacement dans leurs activités économiques pour améliorer les conditions de vie de leurs familles.

Mise en œuvre du projet

      Le projet a démarré en janvier 2013. Une étudiante de BTS Carrière sociale de l’IUT Paris Descartes recrutée par ADEGA a séjourné pendant 2 mois à Koudougou dans le cadre de  son stage de fin d’études. Sous la direction de Madame VALEA, coordonnatrice des 16 CREN de la province du Boulkiemdé et responsable du pôle microcrédits d’ADEGA, elle a lancé la création de la garderie avec l’appui des parents des enfants qui ont bien compris la nécessité de leur participation pour le démarrage, la prise en charge et la pérennité de l'activité. Un habitant du quartier a accepté de prêter son terrain clos pour accueillir la garderie. Des parents ont donné des nattes, du bois taillé, des seccos… et les groupes de microcrédits du quartier ont cotisé chacun 5 000 F CFA (8 Euros) pour la construction d’un apatame pour abriter les enfants du soleil. Tout cela a été fait dans la ferveur populaire. Au départ, deux dames ont été désignées pour assurer l'encadrement des enfants. Cette équipe a été rapidement renforcée par 2 jeunes filles du service national mises à disposition par les autorités locales sur demande de Mme VALÉA.
ADEGA a encouragé ces initiatives en finançant pour 2000 Euros une formation sur site pour les 4 animatrices et l’achat de mobiliers de première nécessité (tables, bancs…).


Construction en dur de l'école

Face à l'affluence (une centaine d'enfants régulièrement accueillis), Adéga  a décidé en 2014 de lancer la construction "en dur" d'une garderie, qui aujourd'hui fonctionne comme un centre d'éveil et d'éducation préscolaire (école maternelle). Le financement de la construction des bâtiments a été assuré par 5 moyens principaux :

La construction a commencé en octobre 2014 et s'est terminée au printemps 2015.

Dès avril 2015, les enfants ont donc pris possession des lieux, avant une rentrée officielle en octobre 2015.

Les locaux comprennent :

- 3 salles d'activités de 60 m2 chacune

- une terrasse couverte de 60 m2 pour le repas et le repos

- une cuisine avec local de réserve

- un bureau pour le personnel

- des latrines comprenant 6 postes WC et une douche

 

Bien que fonctionnelle, quelques aménagements complémentaires devront être réalisés pour rendre l'école pleinement opérationnelle : après la construction du mur d'enceinte en décembre 2016, il reste à fournir à l'école quelques équipements qui lui manquent (mobilier de rangement, bibliothèque, jouets et jeux de plein air...)

 

Fonctionnement

L'école est conçue pour accueillir 90 à 120 enfants répartis sur 3 sections : petite (pour les 3 ans), moyenne (pour les 4 ans) et grande section (pour les 5 ans). Elle est gérée par un comité de gestion assisté par Alice VALÉA. 

Les enfants sont accueillis seulement le matin et sont encadrés par 1 monitrice par section. La directrice de l'établissement vient en appui dans chaque section pour des activités spécifiques. Les enfants reçoivent en milieu de matinée un goûter préparé par une cuisinière. La sécurité des locaux est assurée par un gardien.

L'école bénéficie d'une subvention de fonctionnement d'Adéga mais une participation financière est demandée aux parents.